Entretien avec Philippe Vaillant, président du club des échecs de Vincennes (94)

 

 

Présentez-vous en quelques mots

 

Je suis le président du  club des échecs de Vincennes depuis 5 ans après en avoir été le trésorier durant 7 ans. Je viens d’être réélu  pour 4 ans. Retraité, je consacre bénévolement une vingtaine d’heures au club par semaine. Je donne également  des cours d’initiation dans les écoles de Vincennes,  ainsi qu’à la maison de quartier du port à l’anglais de Vitry.

 

Parlez-nous de votre club

 

Les grands principes qui animent le Club sont le plaisir de jouer et la diffusion du jeu d’échecs au plus grand nombre (enfants, adultes, seniors).

Nous développons la pratique des échecs dans les écoles de Vincennes avec l’aide de la Mairie et auprès des milieux défavorisés avec l’aide de notre fondation et du CNDS à Vitry. Nous avons pour objectif de nous rapprocher également des personnes désocialisées et défavorisées, des jeunes en décrochage scolaire et des personnes souffrant d’un handicap physique. Un projet est en cours avec la Mairie de Vincennes sur ce thème.

Les cours d’initiation dans les écoles rencontrent un grand succès et nous organiserons des tournois et des démonstrations dans trois écoles cette saison. Avant d’organiser, nous l’espérons, l’année prochaine un championnat scolaire local. Nous initions aux échecs,  environ 300 élèves chaque saison. Dans le cadre du plan échecs et maths, nous espérons amplifier cette tendance dans les écoles et auprès des milieux défavorisés.

L’essentiel du budget est consacré aux cours (hors la location du site et des licences)

 

Comment avez-vous géré la crise sanitaire ?

 

La pandémie et la fermeture de l’espace Sorano en octobre 2020 nous ont obligés à déporter l’ensemble des cours en distanciel. Trois de nos quatre professeurs ont accepté de prodiguer ces cours en distanciel. Nous avons organisé des tournois et diverses compétitions via des sites dédiés. Cependant, une partie des élèves n’ont pas suivi les cours en distanciel.

Nous avons développé depuis cette année, chaque mercredi à 21h en distanciel, un nouveau cours à destination des adultes débutants. Ils rencontrent un bon succès. Le succès de la série Netflix « le Jeu de la Dame », nous apporte un nouveau public, que nous espérons pérenniser.

Si les enfants ont été nombreux à s’inscrire, nous avons constaté une hémorragie importante des adultes. Le turnover des enfants est aussi une préoccupation (50 %)

 

Qu’est-ce qui a manqué au niveau de la Région durant ces dernières années ?

 

Du fait de nos rapport conflictuels, nous n’attendions pas grand chose. 

D’une manière générale, nous considérons que nous n’en avons pas pour notre argent avec le tarif des licences.  

 

Quels sont vos trois vœux pour la Région pour les prochaines années sur le plan échiquéen ?

 

J’espère une relation apaisée avec la ligue, une politique tournée vers le plus grand nombre et non plus vers l’élite. 

Mais aussi un encouragement  au développement de club au sein des villes qui en sont dépourvues – je pense notamment à Vitry où nous aurions dû créer un club cette saison.