Entretien avec Guillaume Canton, membre de La Ligue ENSEMBLE !

 

Guillaume
Guillaume Canton
Secrétaire Général M Echecs
(75)

Présentez-vous en quelques mots ! 

 

J’ai 43 ans, consultant digital et IT dans la vraie vie. J’ai appris les échecs au lycée en 1994, et j’ai joué et étudié le jeu jusque vers 2000/2001. Puis je me suis éloigné pendant près de 15 ans de la discipline pour y revenir en 2016, avec le besoin que l’on pourrait qualifier de « physiologique » de refaire tourner mon cerveau à plein régime.

Je me suis donc inscrit au club M Échecs où j’ai rencontré puis sympathisé avec son président Olivier Fontaine. En 2017, il m’a proposé d’en devenir le secrétaire général, ce que j’ai accepté avec beaucoup de plaisir.

 

Parlez-nous de votre club.

 

M Échecs est à la base un club jeune très actif, créé dans l’enceinte de l’École Massillon dans le 4e arrondissement. En 2016, Olivier a pris la décision d’ouvrir une antenne adulte dans le 11e, faisant le constat qu’il n’y avait aujourd’hui plus de club ni dans le 11e, ni dans le 12e arrondissement. En ce qui me concerne, je gère le volet adulte et les compétitions de Nationale associées pour le compte du club. M Échecs est un club convivial, de quartier qui privilégie le plaisir du jeu et l’épanouissement de ses membres au travers des rencontres et des formations qu’il propose.

 

Comment avez-vous géré la crise sanitaire ?

 

Le club est resté très actif en dépit de la situation sanitaire et de l’énorme frustration ressentie par tous les joueurs de voir les compétitions s’arrêter dès le mois d’octobre. Afin de préserver les rendez-vous réguliers de nos rapides des premiers lundi du mois, Olivier a mis en place un tournoi hebdomadaire tous les dimanche à 18h sur Lichess, dans un format Arena de 90 minutes, avec des cadences 7 min + 2 s / coup.

 

Le club organise également régulièrement des Masterclasses sur Skype, animées par le Maître FIDE Bertrand Valuet et le GMI Jean-Luc Chabanon, et des analyses de parties tirées de la grande actu des échecs (Candidats, Tata Steel…)

 

Au niveau des sections Jeunes, nous observons une fidélité extraordinaire des enfants et des adolescents au Club, grâce aux activités d’animation qui ont été maintenues pendant les périodes de répit. Pour la section Adultes, c’est plus aléatoire, mais nous notons malgré tout une envie soutenue de nouveaux venus de se mettre ou se remettre aux échecs !

 

Pourquoi vous présentez-vous sur la liste La Ligue ENSEMBLE ?

 

Parce que j’aime ce jeu ! Je pense qu’il y a beaucoup de choses à faire en Île-de-France, et que la région a un peu perdu de son activité et de son attractivité d’un point de vue échiquéen. Avec toute l’équipe, je souhaite réfléchir et proposer de nouvelles idées et de nouvelles actions pour répondre aux besoins et aux attentes concrètes des joueurs, des professionnels et des dirigeants de club. L’Île-de-France est une région marquée par de très forts particularismes et de très fortes disparités à l’intérieur même de son territoire (infrastructures, salles, visibilité). Nous nous devons d’apporter des réponses à tous les acteurs qui animent la vie du jeu francilien.

 

Quels sont vos trois vœux pour la Région pour les prochaines années sur le plan échiquéen ?

 

Mon premier vœu est que nous puissions non seulement relancer la machine après la crise, mais aussi redonner un nouvel élan au jeu dans la région. Un nouvel élan cela veut dire plus de joueurs, plus de licenciés, plus de clubs (des anciens mais aussi des nouveaux !), plus de compétitions. Nous devons pouvoir être en mesure d’attirer non seulement les Jeunes mais aussi les Adultes vers la pratique de notre Jeu.

 

Mon deuxième vœu est de renforcer la force de l’entité « Club ». Avec le jeu en ligne, beaucoup de joueurs se détournent du jeu réel, et c’est pour moi un réel problème. Nous devons aider les clubs à recruter davantage de joueurs, les aider dans la promotion de leurs activités et dans leur rayonnement.

 

Mon troisième et dernier vœu est de refaire de l’Île-de-France une terre de tournois !  Nous devons être en mesure de proposer plus d’événements, plus de tournois permettant à plus de joueurs de faire des parties longues. Les tournois 608 d’André Clauzel doivent donc faire des petits et le Championnat de Paris doit à nouveau faire rêver !