Entretien avec Frédéric Marival, Président du club d’Aubervilliers (93)

 

Présentez-vous en quelques mots.

 

En tant que joueur d’échecs, mon parcours est quelque peu atypique.

 

Né d’un père dominiquais et d’une mère guadeloupéenne, j’ai commencé à jouer aux échecs dès l’âge de 13 ans, en Guadeloupe. A l’époque, j’avais une autre passion : le jeu de dames. Toutefois, le jour où j’ai découvert le livre de Xavier Tartacover, Bréviaire des Échecs, j’ai délaissé le jeu de dames. J’ai donc appris seul à jouer.

 

Je me suis inscrit pour la première fois dans un club d’échecs dans les années 1970, à Colombes et je me souviens d’avoir une fois remporté la Coupe Roger Ferry des Échecs, un tournoi par élimination directe, réservé aux « 4ᵉˢ et 5ᵉˢ catégories » ainsi qu’aux joueurs « non classés » (il n’existait pas encore de classement Elo fictif), ce qui m’a valu les honneurs du Figaro.

 

Je serais probablement un fort joueur si je n’avais pas privilégié, à un moment donné, mes études, mon travail et ma vie familiale. Conséquence : je suis resté très longtemps éloigné du monde des échecs.

 

C’est un collègue avec qui j’ai travaillé à l’Ambassade de France à Berlin, entre 2014 et 2018, qui m’a remis le pied à l’étrier. Il avait coutume de me proposer des blitz aux heures de pause. Entre temps, j’ai été licencié dans un club d’échecs allemand : Der Eckbauer.

 

J’ai rejoint le CMA-Échecs (j’avais déjà été licencié dans ce club) durant l’automne 2018, quand j’ai pris ma retraite. Dans la mesure où l’ancien président ne souhaitait pas se représenter, j’ai proposé ma candidature en septembre 2019 et j’ai été élu à compter de cette date.

 

Présentez-nous votre club.

 

Le club d’échecs, originellement fondé en 1948, a été refondé le 8 avril 2011, sous le régime de la loi du 1er juillet 1901. Il prendra l’appellation de Club Municipal d’Aubervilliers – Échecs (CMA-Échecs). Le CMA- Échecs a pour but la pratique sportive du Jeu d’Échecs dans son local de jeu ou hors de celui-ci. L’association promeut et favorise l’enseignement et la pratique du jeu d’échecs comme étant une discipline sociale et conviviale; elle s’interdit toute discrimination.

 

Plusieurs générations sont passées par ce club avec un enthousiasme sans cesse renouvelé, enthousiasme qui a amené à la création d’un des plus grands tournois de parties rapides d’Europe, et même du monde, pendant plus de 25 ans.

 

En 2018, le siège social du club a été transféré à la Direction des Sports d’Aubervilliers.

 

Actuellement, le club est ouvert le mardi de 18h00 à 22h00 et le vendredi de 20h00 à 22h00.

 

En période scolaire, David Fabbro, un animateur certifié, initie les enfants aux échecs le mercredi après-midi de 14h30 à 17h30.

 

Le club a évolué la saison précédente en Nationale IV et en Critérium Tour.

 

Cette saison, à cause de la situation sanitaire, les deux compétitions ont été annulées.

 

Comment avez-vous géré la crise sanitaire ?

 

La municipalité d’Aubervilliers a suivi scrupuleusement les directives gouvernementales depuis le début de l’épidémie jusqu’à ce jour.

 

Par exemple, lors du premier confinement, les installations sportives, notamment les stades, les gymnases et le club d’échecs, ont été fermées à compter du 13 mars 2020. Nous avons été autorisés à rouvrir le CMA- Échecs le 22 juin 2020, malheureusement nous ne pouvions pas accéder à nos locaux, car le syndicat de copropriété Nexity a, semble-t-il, décidé de supprimer l’ouverture du portillon par digicode.

 

Nous disposons actuellement de cinq badges d’accès, mais cela reste insuffisant. Du fait que la salle de jeu ne soit pas équipée d’un interphone, nous ne sommes pas en mesure, à l’instar des autres associations, d’ouvrir le portillon à distance et, par conséquent, de recevoir dans de bonnes conditions les équipes adverses lors des compétitions fédérales; puisque, comme vous le savez, les téléphones portables et autres appareils électroniques doivent être désactivés quand les parties ont démarré. Nous avons déjà signalé ce problème à la municipalité, mais jusqu’à présent nous n’avons pas été entendus.

 

Nos locaux ont été de nouveau fermés lors des couvre-feux et du deuxième confinement.

 

Pour faire face au Coronavirus, nous nous sommes approvisionnés en masques jetables, gel hydroalcoolique et lingettes désinfectantes.

 

Nous n’avons pas été en mesure d’organiser des cours en distanciel, mais nous les avons organisés en présentiel dès que cela a été possible.

 


Qu’est-ce qui a manqué au niveau de la Région durant ces dernières années ?

 

 

C’est une question à laquelle il m’est difficile de répondre, car ces dernières années, je résidais à l’étranger (notamment en Afrique du Sud et en Allemagne). De ce fait, j’étais à mille lieues de penser à la Région Île de France et de suivre le cours des évènements. Je ne dispose pas d’assez d’éléments pour pouvoir porter un jugement objectif.

 


Quels sont vos trois vœux pour la Région pour les prochaines années sur le plan échiquéen ?

 

En premier lieu, j’espère que les décisions fédérales seront respectées.

J’espère aussi que les relations entre la Ligue Île-de-France et les Comités départementaux seront bonnes.

Enfin, la Région devra, me semble-t-il, se rapprocher un peu plus des clubs.