Entretien avec Christophe Paquin, Président du Club d’Échecs Ermontois (95)

 

Présentez-vous en quelques mots.

Je suis Christophe Paquin, président du Club d’Échecs Ermontois (CEE) depuis 2014. J’ai été trésorier et secrétaire de l’association au cours des années antérieures à mon élection au poste de président.

Parlez-nous de votre club.

Parallèlement à cela, le CEE s’est aussi inséré dans la vie des échecs au niveau départemental. Le club a ainsi organisé quatre années de suite les championnats départementaux jeunes (rassemblant jusqu’à 230 enfants) et plusieurs tournois de jeunes et adultes lui permettant d’accroitre sa visibilité et d’asseoir une certaine notoriété sur l’organisation de tournois visibles et attractifs.

Ces différentes initiatives ont permis au club de doubler son effectif en quelques années et de proposer plus de services à ses adhérents. Le nombre d’heures de cours pour les enfants a été ainsi triplé et plusieurs niveaux ont été formés. De la même façon, pour les adultes le nombre d’heures a doublé et un cours d’initiation a également été mis en place.

Les actions auprès de la mairie nous permettent enfin d’avoir un allié précieux pour l’organisation de manifestations échiquéennes dans la ville.

Comment avez-vous géré la crise sanitaire ?

Comme beaucoup de clubs ; après une période de stupéfaction lors du début du premier confinement, nous avons proposé des cours en visioconférence dès le mois de mai 2020 afin de conserver le lien avec les adhérents. Nous avons aussi profité de ce temps suspendu pour refaire notre site web en proposant les inscriptions et le paiement des adhésions en ligne. Une personne s’est également formée à l’arbitrage au moment de la reprise des compétitions.

Nous avons également organisé des tournois en ligne et participé à d’autres tournois dans le département.

En 2021, ces actions nous ont permis de conserver le nombre d’adhérents de la saison précédente. Nous étions totalement prêts pour les confinements suivants et nous avons donc assuré sans transition les cours en distanciel dès que cela a été nécessaire en octobre 2020.
Qu’est-ce qui a manqué au niveau de la région durant ces dernières années ?

Eh bien à peu près tout ! Ce que je retiens des précédentes années  :
– une communication réduite à son minimum, un soutien et une écoute des clubs totalement inexistants
– une lutte de pouvoirs débouchant sur une guérilla incessante entre la présidence de la ligue et les départements.
– un manque cruel de transparence sur les actions de la ligue.
– une guerre de l’argent (non-réversion d’une partie de la somme des licences aux comités départementaux) privant les départements et donc les clubs de moyens financiers.

Bref un club comme le nôtre s’est au fil du temps complètement désintéressé de ce qui se passait à ce niveau sauf pour obtenir le calendrier annuel afin de s’organiser au mieux.

Quels sont vos trois vœux pour la région pour les prochaines années sur le plan échiquéen ?

– Remettre les clubs et les départements au cœur des actions de la ligue

– Décentralisation des manifestations de la région (Paris n’est pas l’unique ville de la région)
– Une communication claire et à destination de tous les clubs et départements avec un soutien sur les actions de ces organes déconcentrés.